jeudi 28 août 2014

Musique de nerd

Par LordPouic


Comme vous l'avez sûrement remarqué je ne suis pas la personne qui écrit le plus sur CadavrExquis (et si vous ne l’avez pas remarqué, maintenant vous le savez) mais pourtant ce ne sont pas les idées qui me manquent. Mon plus gros problème vient souvent des sujets que j'ai envie de traiter : ils sont vastes et difficilement adaptables au format écrit. Prenons l’exemple du thème des musiques de jeux vidéo. Pour moi, il y a une incompatibilité entre ce que l'on ressent durant l'écoute d'une BO (qu'elle vienne d'un film ou d'un jeu vidéo) et le fait de pouvoir le retranscrire à l'écrit. Et même si toutefois l'envie me prenait d'écrire un article sur ce thème, il finirait indéniablement par ressembler à une grande liste de mes morceaux favoris sans réelle valeur ajoutée. Et pourtant, l'idée de faire un article sur les musiques de jeux vidéo me trotte dans l'esprit depuis quelque temps, mais je sais que je n'arriverais pas à écrire un autre article tant que celui-ci ne sera pas fini. C'est pourquoi j'ai décidé de faire un article recoupant deux de mes passions, la musique et le jeu vidéo, mais sans pour autant parler de BO. J'aimerais vous parler d'un style musical né à travers le jeu vidéo et ayant pris son indépendance depuis peu, la Chiptune.

On a presque tous le matos pour faire de la bonne Chiptune à la maison !

Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? La Chiptune, c'est un genre musical lié à l’électronique, basé sur l'utilisation de puces audio remplaçant les samples. Là, normalement, vous n'êtes pas bien avancés, mais ne vous inquiétez pas, je vais tout vous expliquer. Alors rentrons dans les détails. En règle générale, un morceau de musique électronique est créé grâce à des enregistrements de sons divers et variés (instruments, casseroles, poules etc...) plus ou moins remixés, que l'on appelle des samples.  La musique Chiptune, elle, s'interdit cette utilisation de samples pour se limiter à l'utilisation de puces audio provenant de machines aux sons limités, comme l'Atari 2600, la NES ou bien les premiers micro-ordinateurs. Les premiers compositeurs de musique Chiptune n'étaient pas vraiment considérés comme de vrais musiciens, et pour cause, la plupart d'entre eux étaient des développeurs avant tout. La création de musique sur une machine, telle que la NES, était bien différente d'une partition ou d'une tablature : la musique était créée grâce à de très nombreuses lignes de code et devait être optimisée pour ne prendre que peu de place et être en accord avec les limitations matérielles (un nombre de pistes réduits, des morceaux très courts...). Les morceaux de cette époque étaient parfois appelés « cheap tune » (d'où le nom actuel, un jeu de mot entre « cheap » pour le côté 8bits des sons et « chip » rappelant les chipsets audio, autre nom des cartes sons de l'époque). Malgré le côté très technique de cette musique et le manque de reconnaissance artistique du grand public, quelques noms ont réussi à sortir du panier : Kōji Kondō (Super Mario Bros), Nobuo Uematsu (Final Fantasy), signant ainsi le début de la démocratisation de ce genre musical qui continuait alors d'être lié aux jeux vidéo.

C'est bien plus tard, lors de la sortie de consoles comme la Playstation ou la Dreamcast, que la Chiptune a commencé à prendre son envol. Lors de cette génération de console, le format CD arrivant, le son devint plus fin et plus riche, permettant de jouer des mélodies et des musiques proches de la qualité d'un disque audio. Mais un petit groupe d'artistes ne fut pas d'accord avec ce changement : Les DemoMakers. Avant d'aller plus loin, je vous aussi devoir vous expliquer ce qu'est le monde de la Demo (à ne pas confondre avec une démo qui désigne les versions de démonstrations des jeux vidéo). Pour cela, nous allons retourner dans le passé, bien avant la l’Ère de la Playstation, à l’apparition des premiers ordinateurs personnels types Commodore 64, l'ATARI ST ou AMIGA (pas besoin de retenir ça, toutes ces marques ont maintenant disparu). A cette lointaine époque (début des années 80), les premiers pirates informatiques ont commencé à sévir en distribuant des copies pirates des jeux et logiciels. Mais sur ces disquettes pirates (le CD n’existant pas encore), il n'était pas rare de trouver de petits clips vidéo créés à partir de formules mathématiques et autres bidouilles informatiques. Ces petits clips étaient destinés à promouvoir telle ou telle équipe de pirates en allant chercher dans les derniers retranchements de la machine le peu de puissance permettant d'avoir une animation plus fluide ou bien une ou deux couleurs de plus que la concurrence. Très vite, le son vint se greffer à la vidéo, passant par nos fameux chipsets sonores.

Là, normalement, vous devriez me dire : « Mais donc la Chiptune existait bien avant la Playstation, vu que dès les années 80, elle s’émancipait déjà du jeu vidéo. ». Eh bien… Oui et non. A l'époque de la création de la scène Demo et pendant de nombreuses années, ces petites vidéos ne vont pas avoir de démarches artistiques à proprement parler (ou très rarement). Elles vont plutôt viser un but de performance technologique. C'est bien plus tard, au début des années 2000, quelques années après la sortie de Playstation (tout se recoupe, youhou), que les ordinateurs commencent, grâce aux nouvelles cartes graphiques et sons, à donner la possibilité au plus grand nombre de créer des images de synthèses et de composer des musiques simples rendant ainsi obsolète tout le mouvement des DemoMakers. Pourtant, ce mouvement ne s’arrêta pas en si bon chemin. Il prend simplement une nouvelle direction, recrute de nouveaux membres parmi les nostalgiques de cette époque et les jeunes recrues s'intéressant au rétro. Les compositeurs commencent à être des musiciens avant tout et les développeurs ne cherchent plus la performance à tout prix, mais plutôt la beauté dans leurs images, tout cela en conservant d'anciennes machines obsolètes plutôt que des ordinateurs modernes. Et c'est de cela qu'est née la Chiptune actuelle.

De nos jours, on peut encore trouver des vestiges des balbutiements de la Demo dans les cracks et les keygen (logiciel permettant de pirater un logiciel ou un jeu, attention, le piratage, c'est MAL) créés par les équipes pirates du moment (Razor1911, SKIDROW et compagnie). On peut aussi retrouver des artistes faisant encore de la Demo (allez voir www.pouet.net), mais ils restent plutôt rares. Mais surtout, et cela depuis l’essor du retro-gaming, de nombreux groupes se forment, composent et intègrent des éléments de la musique Chiptune à leurs créations, par exemple le groupe Américain Anamanaguchi, qui mélangea rock et Chiptune, ou bien Crystal Castle ,un groupe canadien d'électronique expérimentale.


Annexe:
           
- Chipzel – Something Beautiful, composé grâce aux sons de la première GameBoy
Zabutom & Dubmood  Spacejourney, composé grâce aux sons de l'ATARI ST
Anamanaguchi – Helix Nebula
Crystal Castles – Crimewave
- Zabutom – Techno Boss
- Pouet.net, site de référence pour la communauté Demo
- Demo de 2007 ne pesant que 177kb, soit 4200 fois moins qu'un film, la recherche de la performance est encore là.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...