samedi 19 juillet 2014

Quand l'humour politique rate sa cible : petit historique des Guignols de l'Info

Par Rainbowl


Pour certains, c'est les Disney, pour 
d'autres, c'est ça.
Avant toute chose, il faut que je te parle de mon propre parcours, petit lecteur. Je ne suis pas tombée dans la marmite de la politique en m’engageant pour une cause ou pour un parti. Moi,  j’ai commencé à m’intéresser à la politique avec Laurent Gerra et Canteloup. Je précise : ils ne me font plus du tout rire aujourd’hui. J’étais trop jeune pour déceler les blagues… limites, disons, ça et là. Mais à l’époque, on avait un DVD de Gerra que j’ai regardé un jour avec ma mère. Je n’ai rien compris, et pourtant j’ai trouvé ça drôle, en reconnaissant vaguement deux, trois personnalités politiques entrevues à la télé. Le pire, c’était que le DVD datait de 2004 ou de 2005, et que les blagues, du coup, n’étaient plus forcément d’actualité. Mais tant pis : je me suis renseignée pour comprendre. Et tu comprends maintenant, cher lecteur, que mon goût pour la politique est venu avec un grand éclat de rire devant la compréhension d’une blague. Les Guignols ont bien entendu fait partie de tout cela : je regardais de vieux sketchs sur Internet. J’ai surtout retrouvé à l’époque une sorte de DVD best of Putain 15 ans ! ou quelque chose de ce style. Je considère que des blagues politiques peuvent être encore drôles vingt ans après, même quand elles parlent d’une actualité précise. Alors imagine des blagues politiques sur l’actualité en 2014…

Je m’adresse à toi, lecteur d’aujourd’hui, lecteur né il y a plus ou moins une vingtaine d’années : que penses-tu des Guignols de l’Info ? Je t’entends déjà : tu ne regardes pas ça, de temps en temps seulement. Tu repères le mot de la saison (zlataner, par exemple), et tu te marres. Tu n’en penses pas grand-chose, soit parce que tu ne t’intéresses pas à la politique, soit parce que tu t’y intéresses justement, mais sûrement pas  via Canal +.




Pourtant, sache que Les Guignols de l’Info, ami lecteur, « ont un poids important sur la culture populaire française : le caractère répétitif des citations et des stéréotypes des marionnettes ont permis de rendre parfois plus populaires les traits de la caricature que la personne elle-même. » (dit Wikipédia). Note le « ont », au présent donc, pas au passé. J’ai envie de dire que dès cette définition se pose un problème, mais passons. Toujours selon Wikipédia (notre Dieu à tous), Les Guignols coûtent quinze millions d’euros par saison à Canal +. Ce n’est pas rien, nous sommes d’accord. Jetons maintenant un coup d’œil à l’audience, divinité respectée du milieu télévisuel : on parle d’environ deux millions et demi de téléspectateurs, plus certains soirs exceptionnels où Les Guignols dépassent les trois millions. Si tu trouves ça petit, regarde la finale de The Voice : six millions de téléspectateurs, pour une finale, donc quelque chose d’exceptionnel, et avec Mika. Donc, trois millions, disons deux et demi, c’est une bonne audience quotidienne.

Par conséquent, c’est intéressant d’en parler, même si toi tu ne regardes pas. Je n’ai malheureusement pas les chiffres montrant que Les Guignols ont moins ou plus d’audience qu’autrefois. Ce que je sais, c’est qu’avant, ils étaient diffusés presque à la même heure que le JT de TF1, et que pourtant, ils avaient une bonne audience, ou du moins une audience suffisante pour être diffusés. C’est révélateur. Je sais aussi que Bayrou a déclaré qu’il avait failli arrêter sa carrière politique à cause des Guignols, ce qui montre l’influence qu’ils ont pu avoir sur la classe politique.

Je sais aussi que Les Guignols m’énervent considérablement.

Pire que ça : Les Guignols ne me font plus rire. Tu me diras, chacun ses goûts, mais comme tu viens ici pour m’écouter râler, tu n’échapperas pas à mon coup de gueule.

Alors par quoi commencer ? C’est délicat. Déjà, un fait : oui, Les Guignols me font rire PARFOIS. Mais c’est trop rare pour réellement compter dans mon jugement global. Quel est le problème ?

Mon problème, c’est que Les Guignols veulent être les critiques de notre société, mais en réalité, ils l’appuient. Ils ont une vision extrêmement conservatrice des choses, dans le sens où ils s’opposent à tout changement, car cela les arrange : c’est plus facile de critiquer quelque chose qui les dépasse plutôt que de le rejoindre. Ils en sont donc réduits à faire des blagues pour le beauf moyen, à taper avec brio sur la droite et le foot, domaines dans lesquels ils conservent encore toute légitimité. Et encore, ils se retrouvent parfois à réutiliser les mêmes vannes. Ils ont donc une posture paradoxale : ils critiquent la société d’aujourd’hui et, en même temps, lui refusent toute amélioration.

Or, l’influence, ça ne marche pas comme ça. Les Guignols ont été influents quand ils ont été les premiers, ceux qui critiquaient en premier, ceux qui osaient. Les Guignols d’aujourd’hui n’osent rien, et visent un public qui n’attend rien d’eux.

Mon professeur de français disait, quand il nous présentait une théorie littéraire extravagante : « Vous ne me croyez pas ! Voici mes preuves ».

Je dis que Les Guignols sont conservateurs, à leur manière. Voyons la phrase d’introduction de chaque émission, ces derniers temps : « Vous regardez l’ancêtre d’Internet, bonsoir. ». Cette phrase me montre que Les Guignols ont compris la place prédominante d’Internet dans nos vies, qu’effectivement Internet est en train de dépasser la télévision, chose que personnellement je trouve positive, puisqu’on passe du consommateur passif au développement de l’individualité, pourtant toujours dans un groupe qui ne le limite pas. Voyons maintenant comment Les Guignols résument Internet dans leurs sketchs : par des vidéos de chat. Oui, oui. Il y avait ce sketch récurrent où on voyait Nikos Aliagas, porte-parole du web, qui vantait les mérites d’Internet via des vidéos de chat, seul intérêt de la toile, apparemment. Cet exemple est, je trouve, assez révélateur de la vision des Guignols par rapport aux évolutions de la société : c’est, en gros, la vision de quelqu’un qui ne fait même pas l’effort de s’intéresser à la nouveauté, parce que « ça va passer », « c’est un truc de jeunes », « c’est futile ». La phrase d’accroche de l’émission en devient incongrue : comment peut-on à la fois aussi bien comprendre le développement d’Internet, et en même temps, rester aussi fermé ? De plus, Les Guignols ont pourtant tendance à utiliser le web, notamment en parodiant des vidéos virales (la pub d’Evian avec les bébés, le défi de prendre un café avec ses amis Facebook, ou même Norman fait des vidéos). On retrouve un peu cela dans la marionnette de Cécile Duflot, représentée en adolescente hystérique en phase avec son époque et considérant PPD (le présentateur, caricature à la base de Patrick
Mon pire ennemi.
Poivre d’Arvor, devenu la caricature du journaliste de base) comme un vieux ringard (ce qui n’est pas forcément faux…) Passons sur le sexisme implicite derrière cette caricature, le cliché de l’hystérique est vieux comme le monde, et concentrons-nous sur ce que Les Guignols reprochent à Mme Duflot, à travers cette marionnette. Ils se moquent d’elle parce qu’elle ne se soucie guère d’écologie, assez embêtant pour une membre d’EELV. Soit, ce n’est pas faux, parce  qu’elle faisait des reproches à Manuel Valls quand elle était ministre… admettons, disons que c’est une question de point de vue, et parce qu’elle est… moderne ? Là, c’est ridicule. Oui, elle utilise Twitter (et elle est loin d’être la seule… même Les Guignols ont un compte !), elle utilise Internet pour communiquer… et ? Elle est trop moderne, et c’est un défaut ? En vérité, Les Guignols se positionnent ici comme des Sages, au dessus de la modernité, plus anciens que tout le monde, observant la société d’aujourd’hui avec un regard condescendant. Et ça veut être satyrique. Continuons.



Si je déclare que Les Guignols font des vannes, soyons gentils, disons à la limite du racisme, tu vas me dire : « Bah… non ils critiquent Valls quand il expulse des Roms. ». Bon, bon, bon. Va comparer la voix d’Obama dans Les Guignols avec sa vraie voix, et reviens. C’est fait ? On est d’accord, ces deux voix ne se ressemblent absolument pas ? J’ai même envie de te demander, qu’est-ce que tu retiens de la caricature d’Obama à part qu’il est cool et branché, genre Will Smith ? Soyons honnêtes : la marionnette d’Obama est moins la caricature d’Obama que celle de la vision super cliché du mec afro-américain cool qu’on voit dans les films. Alors qu’il me semble que Barack Obama, c’est un petit peu plus que ça, tout de même. Certes, c’est une caricature positive, mais elle ne correspond pas tellement à la réalité. On peut le critiquer sur autre chose, sa politique n’est pas parfaite. Alors oui, bien entendu, Les Guignols, ce n’est pas américain, ils ne vont pas se lancer dans une critique approfondie d’Obama, mais est-ce une raison pour le limiter à cela ? C’est comme s’ils avaient peur d’être trop complexes, et de briser la vision du Français de base sur Obama, le président cool. Ou alors, ils ont juste la flemme, je ne sais pas, comme quand ils font les Chinois, donc tu imagines la caricature outrageante. Après une discussion avec Alabama sur la pertinence du mot « racisme » ici, je me dois de préciser ma pensée : non, je ne pense pas que Les Guignols soient racistes, en tout cas pas comme on l’entend habituellement. Je vais même te surprendre, je ne pense pas qu’ils soient transphobes, malgré une blague limite sur Conchita Wurst que je vais évoquer. Ce que je pense, c’est que par flemme, par incompétence, parce qu’ils n’ont rien à dire, ou pour faire plaisir au téléspectateur moyen, ils se sentent obligés de s’abaisser au niveau zéro de la caricature et de l’humour. Dans le cas d’Obama, ils utilisent un stéréotype qui est associé à une minorité, et sans réelles raisons. Mais, quelque part, s’ils ne sont pas racistes, c’est encore pire. C’est comme ces hommes politiques qui votent contre le mariage pour tous alors qu’ils sont pour, juste pour leur électorat. Ils sont conscients de ce qu’ils font. Ils savent que ce sont des conneries. Et c’est délibérément qu’ils agissent ainsi. Tiens, je vais citer Coluche : « Les hommes politiques, j'vais vous faire un aveu, ne sont pas bêtes. Vous vous rendez compte de la gravité ? Ils sont intelligents. Ça veut dire que tout ce qu'ils font, ils le font exprès. Ils y réfléchissent, ils y pensent. Parce que, vous comprenez, si c'était des cons, ça irait tout seul. On dirait : « Bon, beh, c'est des cons. » ». Les Guignols, je théorise, savent ce qu’ils font, et se positionnent plus dans une stratégie d’audimat que dans une vraie réflexion politique. Ils donnent au public ce qu’il s’attend à voir : Obama, c’est un black cool, et tant pis si ça ne représente pas du tout son action politique.

De la même façon, j’ai un peu vomi devant la caricature de Conchita Wurst, la gagnante de l’Eurovision, qui porte fièrement une bien belle barbe. Conchita Wurst, attention, ça va vite, c’est Zizi l’impératrice. Outre la subtilité incroyable de cette blague, on peut aussi observer l’intense connerie qui en découle : Les Guignols se foutent de la gueule de quelqu’un uniquement parce que cette personne a décidé de vivre différemment, parce qu’elle a décidé de dépasser les limites que la société impose aux genres. Encore une fois, cette blague des Guignols doit certainement plaire au beauf de base, mais je ne sais pas, ce serait peut-être bien d’élever le niveau, non ? On peut faire des blagues sur Conchita Wurst ou l’Eurovision. J’étais sur Tumblr ce soir-là. J’ai ri devant les commentaires des internautes (« Conchita looks like Jesus, so Jesus is for LGBT rights! » « Conchita, Queen of Europe! » « Beard won over mustache. »). Alors oui, encore une fois, Les Guignols n’allaient pas nous faire un sketch entier sur l’Eurovision, mais alors quel était l’intérêt de cette blague sur Conchita ? Si c’est pour en parler comme ça, ce n’est peut-être pas la peine d’en parler tout court.

J’ai dit que Les Guignols me faisaient encore rire. C’est exact : quand ils tapent sur la droite, et parfois Hollande et son gouvernement, encore que les vannes sur le poids du président, c’est lourd, sans mauvais jeu de mots. Sincèrement, encore récemment, j’ai vu leur sketch sur l’UMP, qui parodiait la pub de Coca Cola zero, et c’était drôle. J’ai rigolé pour de vrai. Le fait est qu’il est très facile de se moquer de l’UMP en ce moment, en réalité la situation de base est déjà hilarante (ou à pleurer, si tu as donné au Sarkothon). Mais Les Guignols sont plutôt bons contre la droite, le Medef etc… On a d’ailleurs souvent reproché aux Guignols d’être de gauche, et de ne pas vraiment le cacher. J’ai ma théorie (grâce à Alabama, DEDICACE) sur le sujet : oui, Les Guignols ont eu une vision de gauche. C’était une période dorée pour eux, clairement. Leurs sketchs, en partie motivés par des opinions particulières, étaient d’autant plus efficaces : on pouvait ne pas partager cette vision, mais le message était plus violent, plus grinçant, plus tranchant. Là, on était dans une posture satyrique. L’émission critiquait, et implicitement proposait, regardait vers l’avenir. Aujourd’hui… aujourd’hui, j’ai l’impression, peut-être à tort, que Les Guignols n’ont pas de réelle ligne politique. Est-ce l’arrivée du PS au pouvoir ? Sont-ils devenus cyniques, désabusés ? Je sais que l’équipe d’auteurs n’est pas exactement la même, mais est-ce seulement cela ? Les raisons exactes, je ne les connais pas, ce ne sont que des suppositions. Ce que je sais en revanche, c’est que les sketchs des Guignols, plutôt que de proposer leur vision des choses, préfèrent faire plaisir à leurs téléspectateurs en leur sortant des blagues peu originales, qu’on retrouve parfois chez des trolls de droite d’ailleurs et extrêmement critiquables (Ségolène Royal séduisant Hollande, Hollande le gros, Bayrou le niais). La caricature récente de Mme Royal est atroce justement, vraiment. Voir sa marionnette tenter de coucher avec Hollande à chaque sketch… Je ne vois pas comment on peut penser un seul instant qu’une telle vanne est drôle. C’est juste la beaufitude la plus absolue, le sexisme à l’état pur.

Je disais que la droite me faisait rire. Certes. Encore une fois, c’est facile de se moquer de la droite (bien trop facile, mais n'oublions pas qu'il y a des gens normaux à droite aussi). Leurs sketchs sont très loin d’être subversifs. Je résume : Sarkozy = Jésus (enfin, selon lui), Copé = voleur, Morano = femme vulgaire (…), Hortefeux = raciste. Alors oui, ces traits ne sont pas dénués de fondements, ils se basent sur des situations réelles, caricaturées à mort. Sauf que ce n’est pas original du tout. Cela me fait rire… sauf si j’ai déjà vu la même vanne avant sur Twitter. J’ai en tête un sketch récent vraiment bon car intelligent : le premier, c’est « The extrême voice » : dans une parodie de The Voice, un jury composé de Marine le Pen, Copé, Zemmour et Dieudonné, essaie de trouver la « nouvelle voix raciste ». Le candidat finit chez le Pen. Quand on voit la stratégie de l’UMP pour les élections européennes et le résultat final, le sketch est douloureusement vrai. Mais là justement, on voit que l’émission essaie d’aller un peu plus loin que des blagues sur l’actualité. C’est un état d’esprit qu’on retrouve assez peu en ce moment.

La force des Guignols a longtemps été d’allier caricature humoristique et des sketchs intelligents : on sentait un réel travail d’analyse derrière, plus ou moins subtil. Aujourd’hui, ils ne cherchent plus à surprendre et à faire réfléchir leur audimat, comme ils l’ont fait en dévoilant le résultat du second tour avant 20h en 2002, mais plutôt à faire des blagues faciles, sans danger. C’est peut-être plus simple d’agir ainsi, mais je ne sais pas si on peut vraiment parler aujourd’hui d’une « influence sur la société »…





2 commentaires:

  1. Je regarde les Guignols de l'Info presque tous les dimanches, depuis que je suis petite (où on regardait tous les jours au 20h), et je suis d'accord sur presque tout ce que tu dis là. Ils ne sont plus drôles, ou alors seulement de temps en temps quand ils tapent sur la droite, voir l'extrême-droite. A leur parodie de "Marly Gomont" version FN, j'étais pliée. A la version F. Hollande de "Norman fait des vidéos", nettement moins.

    J'aimerais bien un lien vers le sketch UMP Coca Zero, je ne l'ai pas vu mais ça a l'air drôle. Cela reprend l'idée que tu développes, et à laquelle j'adhère, que les Guignols étaient (et sont toujours) bons pour taper sur la droite, d'ailleurs. Pour rebondir sur l' "analyse" d'Internet par les Guignols, j'avais d'ailleurs bien aimé leur parodie du poussin Piou Pion version UMP.

    Sur la gauche, ils sont moins bons, sans doute parce que justement, ils sont de gauche, je pense ? Ceci dit, j'ai ri devant Miley Cyrus!Valls, "L'Emploioutai" ou encore leur cover de Robin Thickle avec Hollande - comme quoi des fois, ils y arrivent.

    Mais c'est vrai que cela reste faiblard par rapport à "Allô centrale, ici Chirac et Bernadette", "Supermenteur" ou "Si vous volez de la musique, vous volez le président".

    Néanmoins, il faut relativiser : ils ont commencé par des "Ah que coucou" sur Johnny, quand même ! XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton long commentaire développé, c'est toujours agréable :) Effectivement leur positionnement de gauche peut gêner la caricature. Cependant, regarde Stéphane Guillon à une certaine époque, il était très virulent, et drôle sur la gauche, justement parce qu'il était. Quand on est pour un parti, on devrait être d'autant plus conscient de ses défauts.
      La parodie UMP, je ne la retrouve pas, je crois que les vidéos sont effacées du site au bout d'un moment, dommage... Sinon, y a ça aussi, qui m'a fait beaucoup rire http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid1784-c-les-guignols.html?vid=1089524 !
      Mais justement, pour le poussin piou par exemple : ils utilisent clairement des références internet, et en même temps dans leurs sketchs ils réduisent internet à rien quoi. Je n'arrive pas à comprendre, vraiment. Peut-être qu'il y a un mec très connecté au sein de l'équipe et un autre super conservateur, et chacun écrit à tour de rôle x)
      Il y a toujours de bons sketchs. Après c'est un question de goût mais les chansons, ça commence à me gaver... Miley Cyrus/Valls, c'était magnifique, je te l'accorde, Robin Thicke, c'était drôle certes, mais c'est moins percutant je trouve.
      C'est vrai qu'ils ont parcouru un long chemin x) Et j'avoue que je rigole encore sur des vieux skechs avec les Sylvestre ! Je pense juste qu'ils pourraient faire beaucoup mieux.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...