mardi 29 juillet 2014

Ma déclaration d'amour à Pokemon

Par LaManie

Je vais vous raconter aujourd'hui une histoire qui est arrivée à beaucoup d'entre nous. Vous vous sentirez sans aucun doute touché, si vous aussi, un de ces jours de votre enfance, un certain jour sous le sapin, Papa Noël a déposé ce fabuleux cadeau : la Gameboy.

PAPAPAAAAAAM.

Eh, je vous vois là, je connais ce petit sourire de côté qui signifie que vous voyez de quoi je parle : cette "énorme" (tout est relatif quand on est petit. Sauf ça.) cabine téléphonique portable qui servait à nous divertir dans les cours d'école ou aux toilettes. On a tous eu cette période, à l'école primaire, où chacun amenait son bébé, plus ou moins coloré, rempli de mille merveilles, pour jouer avec les copains.


Pour ma part, ce cadeau-là, je l'ai reçu de mon grand frère, qui l'avait lui-même reçu de mon papa. Cette machine formidable, avec ses boutons rouges et son écran en noir et blanc, a un jour révolutionné ma vie. Bon, vous allez me dire, la Gameboy en elle-même, ça sert à rien si il n'y a pas de cartouche de jeu dedans. Ah, les cartouches ! Si aujourd'hui, tout le monde pense aux paquets de cigarettes à l'évocation de ce mot, à notre époque (ça fait déjà dix ans, pardi !), il s'agissait des jeux à clipser à l'intérieur de ladite machine. Et quels jeux ! Dès les débuts, on avait le choix : les jeux d'arcade (Snake et Tetris), les jeux de plateforme (Mario) mais surtout, SURTOUT, les jeux de rôle. Si, entre autres, nous avions des jeux comme celui avec un petit garçon au chapeau vert qui suit les instructions d'une fée (oula, sont pas frais les champignons dans sa forêt !), il y en avait certains, un en particulier, qui les battaient tous. Parce qu'un jour, lorsque j'ai eu la chance d'avoir une Gameboy, ma vie a croisé à tout jamais Pokémon.

Toi aussi ?!
J'aurais pu ajouter un élan dramatique à cette dernière phrase, mais ça n’aurait pas été dans le contexte de frénésie totale qui me porte actuellement. Rien que de penser à ces petites créatures avec leur superbe bouille et d'innombrables pouvoirs est un plaisir sans limite. Imaginez-vous une sorte de tamagochi avec plusieurs petits monstres, que tu fais vivre et évoluer tout en parcourant un monde fantastique. Bien sûr, vous connaissez tous ce jeu. Et si ce n’est pas le cas, allez vous acheter une Gameboy (ou Nintendo DS) et jouez, jouez, jouez. Non, ce dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est de cette frénésie qui m’a porté vers l’âge de huit ans et qui continue encore, douze ans plus tard.

Quand on est passionné, on collectionne. Ce qui est bien avec Pokémon, c’est qu’on peut collectionner plein de choses ! Que ce soit les jeux (Rouge, Bleu, Rubis, Emeraude, Noir, Blanc, etc… Et j’en passe !), les cartes (on en a tous eu minimum deux cents !), les peluches (j’ai un Pikachu de quatre-vingt centimètres de haut, soyez pas jaloux) et bien sûr, les pokemon eux-mêmes dans les jeux. Quand tu as tes premières versions de chaque génération, tu te dis que pour découvrir tous les nouveaux, va falloir que tu les ATTRAPES TOUS ! Donc tu commences. T’achètes trente pokeballs au premier magasin, dépensant tout ton argent (très économe, ce jeu !) et tu commences à attraper. Au début, tu te dis : « Wouah, ils sont beaux les nouveaux, je vais tous les avoir, comme ça, ça fera plaisir au Professeur Pokemon qui m’a si gentiment offert ce Pokedex alors que je le connais pas ! ». Et puis, tu retombes sur terre : « Zuuuuut ! J’ai utilisé 25765 pokeballs pour essayer d’attraper cette saleté de Qulbutoké et j’y arrive paaaas ! Il m’a saoulé avec sa mission pourrie, l’autre vieux de pervers, j’attraperai plus de pokemon, voilà, na. » Ceci est une histoire vraie.

Ça fait un peu le même effet, quand on rencontre LordPouic.
Donc, on arrête de vouloir TOUS LES ATTRAPER et on décide de se faire juste son équipe, parce que c'est plus simple. Et parce qu’on a nos chouchous aussi ! Qu’importe le jeu, on veut toujours les mêmes pokemon des versions antérieures mais qui se trouvent par chance dans votre version. Personnellement, j’adore avoir un Léviator dans mon équipe, même s’il fallait passer par l’étape Magicarpe (non, je ne parle pas de LordPouic !), qui n’a qu’une seule attaque pendant ses quinze premiers niveaux, la meilleure attaque de tous les temps : TREMPETTE ! Dans tous les cas, le plaisir de se créer une équipe réside sur le fait de les faire évoluer. Quand ta petite bouille trop mignonne devient un gros-pas-beau, faut avouer que ça en fout sur le moral mais que tu es content. 

Fait amusant, c'est qu'étant petit, on a regardé le dessin animé, avec le fameux Sacha qui-ne-grandit-jamais et son inséparable ami Pikachu. Cette petite boule de poils jaunes avec ses jolies joues rouges, qu'est-ce qu'il pouvait être cool ! On se rappelle tous de ce premier épisode du dessin animé dans lequel Pikachu est pas trop pote avec Sacha et qu'il l'électrise à chaque témoignage d'amour. Vraiment sympa ce petit. Et puis, il y avait Pierre, le grand dadet dragueur qui se prenait toujours des râteaux et Ondine, la fille qui plus relou du monde même si ses Pokemon Eau étaient trop cool.


Ça aussi, c'est une question de goûts : les Types. On rêvait la nuit d'être maître d'arène, avec notre type de Pokemon préféré. Moi c'était le Type Eau, parce que c'est badass quand tu as dans ton équipe un Léviator, un Aquali et un Tortank (encore une histoire vraie). Malheureusement, en restant avec le même type tout au long du jeu, bah on pouvait pas gagner toujours. Mes Pokemon, devant Erika (arène Plante) ou Major Bon (arène Electrik), ils faisaient pas long feu. Alors il fallait prendre un Pokemon de chaque type. Mais seulement les plus beaux - pour ma part ! Disons qu'un Grotadmorv face à un Arbok chez les Poison, par exemple, c'est plutôt évidemment comme choix. Il y a bien sûr des types qui réussissent à tous les coups : Eletrick et Dragon, dans les premières versions.

Si Pokemon, c'est un jeu qui te bouffe le cerveau tellement il est bien, il induit un problème, et de taille ! C'est bien que les versions évoluent, que de nouveaux mondes se créent, que de nouveaux Pokemon apparaissent, etc... Mais alors que Nintendo nous offrent le plaisir de jouer à de super nouveaux jeux, POURQUOI DEVOIR CHANGER DE CONSOLE TOUT LE TEMPS ?! 

Lorsque on joue aux Pokemon Jaune, Rouge et Bleu, c'est sur une bonne vieille Gameboy, voire Gameboy Color pour les non-hipster. Pour les versions Argent, Or, Rubis, Saphir et Emeraude, mais aussi les Rouge Feu et Vert Feuille, c'est sur la fameuse GameBoy Advance, qui permet aussi de recevoir les cartouches de GBC. Avec la Nintendo DS, on peut jouer aux versions de la GBA, mais aussi à Diamant, Perle, Heat Gold et Soul Silver et les versions Noires et Blanches. 

Mais alors LÀ ARRIVE LE PROBLÈME ! Alors qu'on a tous la Nintendo DS, que c'était cool et simple, qu'on s’embêtait pas et qu'on attendait la prochaine version, ces pervers de Nintendo ont décidé de sortir une nouvelle console ! Et la même que la précédente en à peine plus grand (oui ok, y a la 3D aussi). Donc il faudrait dépenser trois cents euros pour jouer avec de nouveaux bébés ? Et encore, pour l'instant, ce n'est qu'avec une seule nouvelle version, puisque les vilains ont copié les versions Rubis et Saphir. 

Les nouvelles technologies, cela implique de changer souvent, donc de remplir les poches des sociétés de jeux vidéo. Et je dis non. Non pas parce que je suis contre l'industrie, mais il faut arrêter de briser les rêves des enfants qui sont en nous, en nous privant de nos petits monstres. Alors, non, je n'achèterai pas la 3DS et ses nouvelles versions. Non, je ne pourrai pas apprécier de découvrir un nouveau monde et de nouvelles aventures.


Et oui, j'irai pleurer seule dans mon coin.
Coup de gueule à un jeu que j'ai aimé, que j'aime et que je continuerai à aimer.

Comme on disait sur nos Skyblogs, tout est dans la tof.
(TU L'AS FAIT AUSSI, NE NIE PAS.)


(De la part d'Alabama : clique ici, clique ici !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...